La compagnie REB a choisi dès sa création, de développer des actions de formation, considérant que la pratique  théâtrale offre un magnifique espace de liberté et d’autonomie.  

Les ateliers sont assurés par Nathalie Pascutti, comédienne, formée au conservatoire d’Angers. Elle a  inscrit son parcours autour d’auteurs tels que Von Chamisso, Lermontov et Pinter … Sa quête du sensible lui fait aborder des personnages entiers qui s’abandonnent à leur destin avec passion, acharnement et résignation.  

________________________


PUB_couleur

 

 

 

Le théâtre, pour quoi faire ?

 

 

Moi

Le comédien est l’instrument de son art : c’est au travers de sa voix, de son corps et de sa sensibilité propre qu’il interprète un personnage.  

Il est l’objet même de son expression (contrairement aux peintres, musiciens….)

Pour mieux « jouer » ou « se jouer », le comédien doit travailler son « instrument ».

Il apprend à connaître sa personnalité, son fonctionnement et prend conscience de

« son image. »

La pratique théâtrale passe à la fois par :

- Un éveil corporel : travail du corps et de l’image du corps.

Qu’est ce que je renvoie, qu’est-ce que mon corps « raconte » ?

- Un éveil sensible : travail autour des sensations et de la mémoire (auditive, olfactive…)

Qui suis je ? Quel est mon vécu ? Qu’est-ce que j’ai envie de montrer / cacher?

- Un éveil créatif : découverte  de son imaginaire.

Quels sont mes outils ? Comment m’utiliser au mieux pour servir l’histoire ?

 

Toi

Le théâtre est une discipline de groupe.

Jouer c’est à la fois :

- Sortir de « son cercle » : par un travail d’écoute et de disponibilité à l’autre.

Qui es-tu (corps, sensibilité…)? Que veux-tu ?

- « S’apprivoiser »: par un travail de confiance et de partage  avec l’autre. 

Qu’est-ce que tu me renvoies? Que peut-on faire ensemble ?

- Découvrir le personnage, ce « toi » que l’on interprète…

Qu’est-ce que je retrouve ou désapprouve en lui ? Comment nous rencontrer ?

- Pénétrer dans l’univers d’un auteur : par le biais du texte.

Qu’est-ce qu’il veut dire ? Comment l’exprime-t-il ?

 

 

Les autres

Le théâtre ne se fabrique qu’avec le souci constant de se produire devant un public. Le jour de la représentation mais aussi tout le temps des répétitions, l’acteur est confronté à un troisième partenaire : le spectateur qu’il doit séduire.

 

Cette  relation triangulaire  rappelle étrangement notre rapport au monde :

Moi, Toi et les Autres (la société).

 

 

La vie

Parce que le théâtre est une reproduction du réel, il offre un espace privilégié et unique pour aborder la vie.

C’est une sorte de laboratoire où l’on peut tout expérimenter sans risquer de trop parce que : « c’est pour de faux ! ».

La pratique théâtrale donne au comédien des outils qu’il saura réutiliser plus tard puisqu’il les aura découverts sur scène.

Elle développe l’autonomie et l’envie d’être « acteur de sa propre vie. »

 

 

 

Jouer c’est faire « comme si…».

« Comme si…» c’était « pour de vrai ! »

 

 

L’enfant qui nous menace avec sa règle en plastique en criant : « haut les mains ! » détient le secret de l’acteur : la foi.

Etre acteur, c’est se persuader, le temps d’une pièce, que l’on est Hamlet, Iphigénie,  Cyrano de Bergerac ou La folle de Chaillot…

Etre acteur, c’est oser croire.

C’est affronter la peur du ridicule, accepter de renouer avec ses rêves d’enfance et de se  livrer à son imaginaire !

Ce voyage que notre « éducation au réel » nous a désappris est parfois difficile à retrouver quand on est adulte…

Cela signifie que l’on accepte de renoncer à son « identité », que l’on cherche à « s’oublier » pour mieux « se retrouver. »

 

Heureusement Louis Jouvet, Constantin Stanislavski, Augusto Boal et bien d’autres, ont mis au point des techniques  pour retrouver ce chemin de l’abandon :

- Eveil corporel et sensitif,  

- visite à son imaginaire (par le biais notamment des improvisations)

- réflexions scénographiques (ou l’art de raconter une histoire au travers de l’espace…)

Enfin, l’acteur peut compter sur les Auteurs Dramatiques, qui par la magie des mots, lui permettent de combler ses manques et ses écueils !

 

Tant de « trucs » à connaître pour parvenir à mentir vrai !

Tant d’effervescence  afin de raconter une histoire à d’autres qui se sont déplacés pour « y croire »…

Dans le fond, tout cela n’est qu’un gigantesque  « jeu de dupes » où acteurs et spectateurs communient dans le mensonge pour le plaisir « d’y croire »!

Car, il n’y a pas de doute : c’est le plaisir qui agite tout cela !

C’est parce que « cela nous fait du bien », que tout le monde trompe tout le monde, que l’on cherche  à retomber en enfance, à cette époque où l’on se pensait immortel !

Parce que le théâtre est un reflet de la vie,

On veut y croire passionnément, démesurément…

 

Pour se donner l’illusion,

Le temps d’un spectacle,

Qu’on maîtrise l’histoire, notre histoire…

 

 

Parce que, dans l’fond, vivre, c’est faire  « comme si… »

 

« Et ben alors…, pourquoi non…, on a bien l’droit !... Si ça nous fait plaisir ! »

---------------

Ci dessous, la répétition du "Bourgeois Gentihomme" de Molière,

un travail  et une mise en scène de Nathalie Pascutti pour la Cie Rimailleurs


IMGA0026

 

 

 

 






Extrait  ici